L’Ecole de Nancy. Art Nouveau et industrie d’art Exposition L’Ecole de Nancy. Art Nouveau et industrie d’art. Full view

L’Ecole de Nancy. Art Nouveau et industrie d’art

Le musée des Beaux-Arts présente en ce moment une nouvelle exposition, conçue par le musée de l’Ecole de Nancy, apportant un éclairage différent sur le mouvement Art Nouveau à Nancy.

Une aventure industrielle

Les artistes de l’Ecole de Nancy étaient avant tout des industriels d’art. L’association de l’Ecole de Nancy avait d’ailleurs pour nom « Alliance provinciale de l’industrie d’art ». Dans la première salle de l’exposition, on remonte le temps et on découvre grâce à des documents d’archives les ateliers de quatre industriels importants à Nancy : Gallé (env. 200 collaborateurs en 1900), Daum (env. 350 collaborateurs en 1908), Majorelle (env. 300 collaborateurs en 1905) ou encore Fridrich créateur de velours, loin de l’image de l’artiste seul dans son atelier.

Ils faisaient également appel à des créateurs extérieurs pour des pièces exceptionnelles (Gruber pour Daum par exemple).

Le processus de création

En prônant une nouvelle esthétique inspirée de la nature et en utilisant des procédés techniques innovants, l’Ecole de Nancy a tracé un nouveau chemin inventant de nouveaux codes.

Au fil de l’exposition, on découvre toutes les étapes de la création depuis les premières esquisses jusqu’à la réalisation finale. En exclusivité, sont exposées des boites avec des représentations en cire de différents végétaux. Elles ont très certainement servi de modèle en 3D pour les saisons où les plantes n’étaient pas visibles car les artistes de l’Ecole de Nancy souhaitaient reproduire fidèlement la nature. Autre particularité, les aquarelles d’Eugène Vallin car il était le seul à utiliser ces images pour séduire la clientèle

L’Alliance Provinciale était aussi soucieuse de la formation des futurs ouvriers pour disposer d’une main d’œuvre qualifiée comme l’illustrent différents cours de composition graphique et dessins.

Ces industriels d’art créaient à la fois des pièces uniques et exceptionnelles pour une clientèle aisée mais les déclinaient également en plus petites pièces produites en série et plus abordables. Un entrepreneur pouvait ainsi proposer une grande variété de gammes.

Parmi les magnifiques pièces présentées dans l’exposition, on peut admirer une magnifique robe ornée d’une libellule. Les pièces en tissu décorées avec des motifs Art Nouveau sont moins connues que celles réalisées dans d’autres matériaux mais le velours était très présent dans les décors intérieurs par exemple. Sa conservation étant plus délicate, il en reste moins de témoignages.

La transformation du cadre de vie

Épousant la notion « d’art pour tous et art dans tout », l’Art Nouveau nancéien se déclinait sur de multiples supports : architecture, mobilier, verrerie, tissus … L’idée était de créer des pièces qui s’inséraient dans un ensemble décoratif d’intérieur complet.

Également entrepreneurs, les industriels d’art ont également cherché à promouvoir leurs créations au niveau national ou international. Ouverture de points de vente, vente par correspondance, catalogues, publicité… chacun cherche à développer son activité.

300 œuvres au total issues des collections nancéiennes mais également prêtées par d’autres institutions prestigieuses comme le musée d’Orsay ou des collectionneurs privés.

Bonne visite!

Au Musée des Beaux-Arts
Du 19 mai au 3 septembre 2018
Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf le mardi
Plein tarif : 7€ / tarif réduit : 4 € / gratuit pour les moins de 12 ans.
Accès à l’exposition inclus dans le Nancy City Pass

Ecrit par Julie

Julie est la community Manager de Nancy Tourisme.

Laisser un commentaire